9.5 b) L’union des patriotes

Une idée centrale hante les faux espoirs patriotiques : l’union transpartisane des patriotes.

Or le patriotisme n’est pas une ligne politique. C’est un sentiment d’appartenance à un peuple et de loyauté à sa patrie, et ce sentiment est très connu pour sa facile instrumentalisation.

L’injonction à l’union patriote pousse à se sentir le devoir d’être solidaire et de s’allier au moindre rejet de la gauche. Ce qu’on appelle « extrême droite » est en fait le dépotoir patriote de la gauche. La gauche y jette tous ceux dont elle ne veut pas. Être rejeté de la gauche fait de vous un mauvais gauchiste, mais vous n’en devenez pas une personne de droite pour autant. Il n’y a aucune colonne vertébrale patriote, et la chose tombe rapidement dans le gouffre sans fond du souverainisme.

L’union des patriotes est toujours un piège conservateur qui fait le jeu du gauchisme.