9.4 e) L’attente de l’homme providentiel

Rien n’est plus ridicule que les discours politiques qui offrent comme seul espoir la venue d’un homme providentiel, d’un nouveau Charles Martel, De Gaulle, Napoléon, Charlemagne…

Les veilleurs attentistes de l’homme providentiel ont une vision infantile de la politique. Ils s’imaginent que le summum de l’accomplissement politique consiste à ce qu’une figure paternelle d’autorité bienveillante prenne en main un peuple passif et le protège ainsi des méchants. Ils en viennent parfois à réclamer une invasion de leur propre pays, appelant de leurs vœux une annexion par Vladimir Poutine parce qu’ils ont aimé quelques-unes de ses citations.

Cette fiction pétrie de nostalgie stérile leur permet de se complaire de l’immaturité et de ne jamais rien inventer, ne jamais concevoir de projet ni faire évoluer leur ligne. L’attente de l’homme providentiel vient tout droit du providentialisme chrétien, chez un peuple habitué à se faire dire qu’il faut prier à chaque fois qu’il traverse une épreuve difficile.

Chercher un nouveau De Gaulle ou un nouveau Churchill n’est pas de la politique, c’est une prière d’impuissant. Les grands hommes de l’Histoire n’ont pas été invoqués par de pieuses incantations en mettant en suspens toute lutte politique dans l’attente de l’homme de la situation. Ils se sont imposés parce qu’ils avaient été inspirés par un état d’esprit, une philosophie, une idéologie, un mouvement. Les grands hommes sont le produit de mécanismes de groupes, et à l’origine de ces mécanismes, il ne peut y avoir que l’idéologie. Il faut une idéologie remarquable pour inspirer des hommes d’État remarquables.

Un homme providentiel n’apparaît pas tout seul. Il ne va pas inventer une solution à lui seul et être écouté en portant un message totalement inédit.

L’homme providentiel est attendu par des gens qui ne se remettent pas en question, et qui ne veulent pas remettre en question des environnements politiques qui étouffent toute vocation. Ce sont précisément ceux qui attendent l’homme providentiel qui sont le moins susceptibles de le reconnaître s’il arrivait.