10.5 Personne ne bâtira la droite à notre place

Les situations peuvent différer d’un pays à l’autre, mais nous prendrons le cas de la France où nous commencerons notre première implantation. Faisons l’état des lieux en observant les partis français qui monopolisent la scène de la fausse politique.

Aucun parti ne propose une politique de droite radicale et progressiste. Actuellement, ce qu’on appelle la droite est une extension de la gauche réactionnaire et rétrograde. Ce qu’on appelle l’extrême droite n’étant pour sa part rien d’autre que le dépotoir humain de l’extrême gauche réactionnaire et rétrograde, un vaste asile à ciel ouvert sans médecins ni infirmiers.

Aucun parti ne garantit un champ d’action libre et une liberté totale au progrès scientifique, en demandant la criminalisation des entraves à la science.

Aucun parti ne présente une volonté d’écraser les religions totalitaires et leur emprise sur la société, de les traiter comme des idéologies liberticides et des organisations criminelles, le summum de laïcité pour tous les partis existants consistant seulement à ne pas reconnaître de religion d’État.

Aucun parti ne réclame la remigration ni le droit des peuples blancs à s’autodéterminer, alors que la majorité des européens dans les pays occupés désirent le retour de la majorité des étrangers naturalisés ou non vers leur pays respectifs.

Aucun parti ne défend le droit sacré de posséder et de porter des armes, qui est pourtant essentiel dans une société de liberté, la première des libertés étant celle de pouvoir défendre et sauver sa vie ainsi que celle des gens qui nous sont chers, au lieu d’être à la merci de criminels armés et d’une police qui ne peut pas être derrière chaque citoyen à moins de se transformer en un État policier.

Aucun parti n’est radicalement féministe, pensé, dirigé et fondé par une féministe. Les partis de gauche utilisent le féminisme pour redorer leur blason, mais les féministes n’y ont aucun pouvoir décisionnaire. Jusqu’à présent, le féminisme politique n’aura avancé que péniblement via des soumissions à des partis pour leur donner une image moderne et progressiste.

Aucun parti ne réclame l’abolition des impôts et autres prélèvements obligatoires. Tous propagent l’idée que le parasitage est la seule façon pour un État de gagner de l’argent. Un État n’est pas obligé d’avoir le comportement mafieux de la taxe obligatoire, de la facturation obligatoire de services non réclamés et non utilisés. Les États disposent de nombreuses autres façons de gagner l’argent nécessaire à leur fonctionnement et de limiter les dépenses catastrophiques actuelles. La remigration libérera à elle seule plusieurs centaines de milliards d’euros de dépenses annuelles dans les pays étouffés par la démographie étrangère.

Aucun parti ne défend la liberté de regroupement : le droit inaliénable de se regrouper sur la base qu’on veut et de créer des communautés sur ce qu’on veut, sans être criminalisé au nom de la chasse aux discriminations et au communautarisme. Rien ne s’oppose clairement au grand mélangisme interracial et multiculturel qui nous étouffe et nous entasse les uns sur les autres, avec les tragédies qu’on connaît. Tout être humain à qui on reconnaît la conscience et le libre arbitre a le droit de ne pas vivre enchaîné à des gens qu’il ne supporte pas ou qui l’ennuient, a le droit de jouir de la liberté de préférer vivre parmi d’autres, d’avoir des espaces saufs… Être libre de choisir son groupe, c’est la différence entre l’homme libre et l’esclave. Jusqu’ici, il n’y a tellement pas de parti libéral, qu’aucun parti n’a jugé utile de remettre en question cette condition d’esclave.

Personne ne bâtira la droite à notre place. Les lobbies bourgeois gauchistes et conservateurs n’ont aucun intérêt à laisser apparaître une droite véritable et à mettre fin à la fausse politique. Des montants colossaux sont dépensés pour s’assurer qu’aucune droite ne puisse voir le jour, et à entretenir l’opposition contrôlée entre la gauche et les conservateurs. Un nombre incalculable de lobbyistes, journalistes et politiciens ont voué leur existence entière à entretenir cette scène politique lamentable, et feront tout pour boycotter ou étouffer la naissance d’une vraie droite raciale et libérale, moderne et progressiste. Le destin de l’Occident restera suspendu tant que régnera le spectre de la fausse droite et des fausses alternatives. Nous devons poursuivre l’histoire en débloquant cette situation par la création d’une droite occidentaliste. Il n’y aura personne d’autre que vous et nous pour accomplir le travail nécessaire à la fondation de la droite en Occident.